Frédérick HOUDAER - Médiathèque départementale du Nord

Anges profanes : (Angiomes-Engelures-Engeances)
La passe du vent, 2020
15 Euros

Avec la sortie de ce triptyque, Anges profanes, qui regroupe ses trois premiers recueils, on apprécie à sa juste valeur le chemin accompli par Frédérick Houdaer malgré une entrée tardive en poésie… puisque l’auteur, né en 1969, a commencé par le néo-polar, encouragé à ses débuts par Frédéric Dard.
Après une résidence d’écriture à Montréal, à l’hiver 2003, en compagnie de Patrice Desbiens, Frédérick Houdaer, romancier alors trentenaire, est réveillé par les sirènes hurlantes de la poésie et décidera de peaufiner, de recueil en recueil, son écriture précise, voyeuse, drôle et corrosive, sans pour autant délaisser l’univers du roman.

Sa poésie est celle d’un homme sensible qui doute et apparaît, dans sa vérité nue, dans des autoportraits jamais complaisants, en « éternel loser » en quête de l’idéal féminin, mais aussi en père de famille attentionné avec charge d’âmes. On y suit encore ses mésaventures d'écrivain dans des textes aux dialogues souvent au vitriol. Comme si ses « poèmes noirs » étaient directement issus d’un polar lui-même. Mais cette poésie narrative, mâtinée de grotesque belge, puise aussi sa force et son originalité du côté de la poésie américaine (Bukowski, Carver) et du percutant Tilman dont j’ai déjà pu le rapprocher.

Inspiré sans doute aussi par son métier de veilleur de nuit, Frédérick Houdaer demeure à l’affût des soubresauts du monde, des balles perdues et des femmes que la vie a semées sur sa route. Il les place à chaque fois, avec soin, dans son canon pour en faire des poèmes subversifs et jubilatoires.

François-Xavier FARINE, MdN

>> Recueil en commande

>> Emprunter Cinéma inferno, son avant-dernier recueil coécrit avec Jean Marc Flahaut.
>> Emprunter Armaguédon strip, son dernier roman.

En mars 2014, Frédérick Houdaer a participé à la première édition des lectures-rencontres poétiques de la MdN, en compagnie de Sophie G. Lucas et Marlène Tissot.