Poésies d’été : la nouvelle génération en force ! - Médiathèque départementale du Nord

Fil de navigation

Nuit grave copieJ'ai particulièrement aimé :

Le recueil Nuit grave édité par la Boucherie littéraire. Frédérick Houdaer, né en 1969, y habille et déshabille la « thématique de la nuit » et restitue parfaitement son ambiance fantasmatique, étrange ou interlope. Avec cet œil aguerri de sniper toujours aux aguets.


 L'émouvant Chut (le monstre dort) d'Estelle Fenzy née en 1969 qui rejoint enfin les recueils Pas revoir de Valérie Rouzeau ou Nègre blanche de Sophie G. Lucas, dans les collections de la médiathèque.


L'anthologie 120 nuances d'Afrique établie par Doucey, Nimrod et Poslaniec. Cette somme regroupe 120 poètes d'Afrique, Orphées et Eurydices noirs, métisses, blancs. Vous y découvrirez des poètes de l'oralité, connus et ignorés, alliant le lyrisme à la puissance du souffle comme la zimbabwéenne Nyamubaya (1960-2015) qui dénonce, par exemple, le rite de l'excision dans un poème extrêmement fort.


 monstres

Coup triple pour Thomas Vinau, né en 1978 qui sort, coup sur coup, 3 bons recueils à la teneur très différente : Collection de sombreros ? chez Rougier, Il y a des monstres qui sont très bons chez le Castor Astral et Ça joue !, une correspondance ping-pong avec le poète aîné Roger Lahu. Thomas Vinau est l'un des chefs de file des poètes trentenaires-quadragénaires. Ce « doux sauvageon » est l'un des meilleurs représentants de la poésie minuscule avec un grand M ! Au bar des poètes, il se tient aux côtés de Brautigan, de de Cornière et de Guillevic.


Né en 1977, Loïc Demey, auteur à suivre depuis l'étonnant Je, d'un accident ou d'amour propose cette fois, D'un cœur léger chez Cheyne éditeur. Il s'agit d'un récit-carnet imaginaire, inspiré par le soldat tué au combat du célèbre poème de Rimbaud : « Le Dormeur du val ». On croirait que le carnet existe vraiment...

bad-writer 


Publié aux Carnets du Dessert de Lune, Bad writer est un excellent petit recueil de Jean Marc Flahaut, né en 1973 à Boulogne-sur-Mer. Il se lit comme le carnet d'un écrivain en panne, rêveur, dilettante, en proie au doute, à la paranoïa, aux affres de la création... Jean Marc Flahaut offre un recueil ciselé, dense, créatif et original, plein d'autodérision, et surtout beaucoup plus personnel que les précédents. Il étonnera encore davantage son fidèle lectorat qui, de toute évidence, grossit de livre en livre.


machine-arriereEnfin, Machine arrière est un excellent recueil intime et poignant de Samantha Barendson, née en 1976. L'auteure donne à lire en quelques traits « la sensation d'une existence uniquement à partir de souvenirs chronologiques très vifs ». En 2014, Samantha Barendson nous avait déjà bouleversés avec son recueil Le Citronnier paru au Pédalo ivre. Elle réussit une fois de plus à nous séduire avec ce nouveau livre poétique paru aux éditions de La passe du vent.

Un extrait :

Quand tout va mal
peindre
les choses
en rose

Peindre
les murs
en rose

Peindre
les feuilles
en rose
Peindre la vie
en rose

Après
quand tout
va mieux
ne pas hésiter
à tout repeindre
en blanc

Extrait de Machine arrière, Samantha Barendson, Éditions La passe du vent, 2017, 10 Euros

 François-Xavier FARINE, MdN