Pour le Printemps des Poètes 2017, on vous promet le meilleur ! - Médiathèque départementale du Nord

Fil de navigation

Trois anthologies, cinq recueils en vue et un spectacle poétique à la médiathèque d'Auby !

brautiganC'est tout ce que j'ai à déclarer
Richard BRAUTIGAN
Le Castor Astral, 2016
32 Euros

L'Œuvre complète du poète américain Richard Brautigan, C'est tout ce que j'ai à déclarer, est enfin disponible en français et en version bilingue !
Une poésie insolite, sensible, ironique, imparable, inoubliable - dont beaucoup d'auteurs d'hier se réclament comme Philippe Djian jusqu'aux jeunes poètes quarantenaires d'aujourd'hui.

 


dorionMondes fragiles choses frêles : poèmes 1983-2000
Hélène DORION
l'Hexagone, 2015.- (Rétrospectives)
44,75 Euros

 Née en 1958 au Québec, Hélène Dorion est une poétesse majeure que je vous invite aussi à découvrir.
Poésie lumineuse, dialoguant entre « la permanence et la précarité, la fissure et la plénitude ». Une œuvre aussi forte et fervente dans sa quête de sens que celle tourmentée d'Anise Koltz.

 


SampieroŒuvres poétiques. T1
Dominique SAMPIERO
La rumeur libre, 2016.- (la bibliothèque)
22 Euros

Dans ce premier volume anthologique, on redécouvre avec plaisir les débuts lyriques « de tendresse et de fièvre » du grand poète nordiste, Dominique Sampiero, dans la lignée des poètes de l'École de Rochefort, associés à l'adoration de la Femme, de la terre et de la campagne de l'Avesnois. On retrouve le questionnement sensuel de l'Être associé à une écriture profondément charnelle.

 


sophie-g lucas-temoinTémoin
Sophie G. LUCAS
La contre allée, 2016.- (La sentinelle)
12 Euros

À la manière de Charles Reznikoff, poète américain, Sophie G. Lucas pratique dans ce nouveau recueil une « poésie documentaire » à partir de procès judiciaires auxquels l'auteure a assisté au tribunal de Grande Instance de Nantes. Par fragments, elle laisse entrevoir des destins de vies cabossées, fragilisées, qui ont pour point commun la dérive ou la violence ordinaire. Ses récits éclairent le portrait en creux du père « multiple » de l'auteure qui a peut-être été, lui aussi, un « autre de ses enfants perdus dans le box des accusés ».


GiratoiresGiratoires
Cédric LERIBLE
PLAINE Page, 2016.- (Courts Circuits)
5 Euros

Des idées brèves et des aphorismes sur le sens du quotidien : doit-on s'arrêter ou poursuivre la route ? Avec des photos détournées de panneaux de signalisation.
Un petit recueil singulier, ludique, qui aborde aussi l'ambiguïté ou le non-sens du langage.

 

 


pey-venger-les-motsVenger les mots
Serge PEY
Ed. Bruno Doucey, 2016
14,50 Euros
 

Si Serge Pey est un poète de l'oralité, ses mots font mouche. Il ne s'agit pas chez lui de « la performance pour la performance » avec des ersatz de textes minimalistes ou creux. Insurgé, Serge Pey écrit des poèmes engagés comme on monte sur une barricade enflammée tels sa Prière pour les Pussy Riot ou Leonard Peltier, militant de la cause amérindienne emprisonné depuis 1976 aux États-Unis.


Dubost-poemes13 poèmes taillés dans la pierre
Patrick DUBOST
La Boucherie littéraire, 2016.- (La feuille et le fusil)
13 Euros

Le livre de Patrick Dubost est déjà un bel objet en soi, les textes, un bain de « métaphysique ordinaire », figés dans la pierre. Comme si le poème était à chaque fois un bloc indépendant, un éclat de monolithe par son empreinte visuelle sur la page. Quadruple réflexion sur la mort, le temps qui passe, la condition de vivant et le « présent d'éternité » des mots du poème sur la page.

 


Bretonniere-dates du jour de ponteDatés du jour de ponte
Bernard BRETONNIÈRE
Les Carnets du Dessert de Lune, 2016.- (Pleine Lune)
12 Euros

Publiant avec parcimonie, Bernard Bretonnière offre à chaque fois de bons recueils que l'on lit toujours avec enthousiasme.
Un recueil de poèmes présenté sous forme d'un journal de bord ; l'auteur y évoque ses souvenirs et ses pensées. Poèmes de petits riens, très diversifiés, où « l'insignifiant » devient signifiant comme dans le court texte qui suit :

Mercredi 22 mai

Sur mes chaussettes
offertes par Reine
il est écrit –
brodé :
je (à la ligne)
suis (à la ligne)
génial (point).
Avec mes chaussures hautes
aujourd'hui
on ne lit plus que
Je (à la ligne)
suis –
ce qui n'est pas si mal.

François-Xavier Farine, MdN