Anna WINGER
2020

Esther a 19 ans. Elle est née et a grandi dans le quartier de Williamsbourg à Brooklyn au sein d'une communauté ultra religieuse de confession juive. Cette communauté hassidique fondée à New York au lendemain de la guerre est originaire de la ville de Satmar en Hongrie et ses ancêtres sont en majorité des survivants de l'holocauste. Esther échappe à un mariage arrangé qui la rend malheureuse. Son mari, Yakov, tente désespérément de la retrouver avec l'aide de son cousin Moische, même s'il est conscient qu'elle est malheureuse.
Elle rejoint Berlin et découvre un univers totalement différent où elle remet en question ses convictions, brise les règles et s’affranchit de sa famille alors que des flashbacks de son ancienne vie viennent expliquer son désir de liberté. Tiraillée entre sa communauté et son envie de liberté pour expérimenter sa passion pour la musique, elle rencontre une bande d'étudiants au conservatoire qui la guide dans ces découvertes du monde libre.

En flashback, un an avant : les préparatifs de son mariage, son apprentissage pour être une "bonne épouse", la pression exercée par la communauté pour tomber enceinte, sa relation compliquée avec sa mère.

Cette mini-série, inspirée d'une histoire vraie, sort de l'ordinaire : elle réussit à nous plonger au cœur d'une mentalité différente, sans jugement. Si le spectateur découvre la culture hassidique à travers cette série, ce n'est pas une série sur la religion, l'intrigue est universelle. Esther ne s'interroge pas sur l'existence de Dieu, mais entreprend une quête identitaire, découvre sa féminité, et sa sexualité. L'actrice principale est très expressive, elle joue juste, émouvante de simplicité.
Si le flashback est totalement fidèle à l'ouvrage, la partie contemporaine est une fiction.
L'ensemble reste très réaliste, avec un grand souci du détail. Le tournage s'est fait à Berlin, un décor magnifique d'architecture et d'histoire.

Élodie DESCHEMAKER, MdN

>> Série visible sur Netflix, service de vidéo à la demande payant.