bratata

nord-logo-mdnmediatheque-logo-mdn-bdp-59logovide-125px

Médiathèque départementale du Nord

Médiathèque départementale du Nord

S'il est une question essentielle qui se pose à tout être humain, c'est bien celle du bonheur. Chacun tente d'y accéder, de se l'approprier.
Mais le bonheur est-il seulement saisissable ? Cette soif intense de sérénité est-elle toujours compatible avec les valeurs que prône notre société ?
Que devient le « Souverain Bien » préconisé par la sagesse antique ?
Tendre vers un bonheur probable, idéal et s'inscrire dans la durée, n'est-ce pas justement contradictoire avec « l'état de bonheur » ?
Cet article tente de faire un petit tour d'horizon de la question...

AristoteQue pensaient les philosophes antiques ?

Pendant l'Antiquité, les philosophes se sont penchés sur la notion de bonheur, chacun ayant sa propre conception. Pour Platon, le bonheur est dépendant de la notion de justice.

Pour Aristote, c'est la raison et la contemplation. Epicure, lui, lie le bonheur au plaisir, à l'absence de souffrance, à « l'ataraxie » (tranquillité de l'âme) et à « la philia » (l'amitié).

Le bonheur selon nos contemporains

Les représentations du bonheur ont évolué : aujourd'hui, la notion de bonheur semble davantage correspondre à des valeurs telles que la réussite sociale, l'épanouissement personnel et la réalisation de soi. Nous « atteignons les limites d'un modèle qui privilégie l'avoir à l'Etre », la « logique de possession » qui semblait satisfaire jusqu'à présent le plus grand nombre atteint ses limites, comme le souligne Théo Allegrezza, dans un article publié dans le journal Libération : Aujourd'hui, le bonheur est à vendre.


Un autre concept de bonheur revisite l'ancienne doctrine de l'épicurisme. Il s'agit du Care, basé sur les notions de sollicitude, de bienveillance et du souci d'autrui.

Andre-Comte-SponvilleAndré Comte-Sponville en propose, quant à lui, la définition suivante : « Un laps de temps où la joie est perçue comme immédiatement possible. »


Comment y parvenir nous-mêmes ?

Dès lors, comment dépasser cette problématique ? Comment s'acheminer vers cette quête de plénitude ? Est-il plus aisé d'y accéder, aujourd'hui qu'hier, au regard du monde contemporain, lequel nous impose un rythme effréné, une disponibilité à toute épreuve, une connexion non stop aux réseaux sociaux qui envahissent la société ?


Il apparaît que ces instants dérobés au quotidien, ces brefs moments de grâce comme autant de moments volés à la vie sont en réalité bien peu fréquents.

C'est ce que met en exergue un dossier consacré au bonheur paru dans Philosophie Magazine cet été : Pourquoi ne sommes-nous pas plus heureux ?

Le bonheur s'assimilerait donc davantage à un état d'être, une éruption, un « jaillissement du présent » ou « enstase », c'est-à-dire une immersion dans l'immanence.

Se donner les moyens d'être heureux

En fin de compte, réussir son adhésion au monde supposerait de « combler l'écart ontologique qui me sépare de ce qui devrait me faire du bien » révélait Épicure.
Il s'agirait de se donner les moyens d'être heureux, en ne tombant pas dans les travers de l'insatisfaction perpétuelle de nos désirs, en nourrissant des relations saines avec les autres, en ayant conscience que l'existence est fragile, fugace, inconstante, tout en lui donnant néanmoins une « tonalité de béatitude ».

Ici et maintenantS'ouvrir aux sensations, aux émotions, cultiver son propre champ vibratoire, « son axe de résonnance » avec le monde afin d'enrayer l'aliénation à laquelle nous contraignent les contingences de la vie moderne.

Vivre dans l'instant, « l'ici et le maintenant » chers à la sagesse orientale. Réussir à se laisser envahir par l'allégresse, adopter une attitude de disponibilité, d'ouverture.

Continuer de s'émerveiller malgré les vicissitudes de l'existence. Conserver enfin sa capacité d'étonnement et sa candeur...

Peut-être, est-ce là, tout simplement, la clé du bonheur ?

« Une récompense qui vient à ceux qui ne l'ont pas cherchée. » comme l'écrivait encore le philosophe Alain.

Catherine KAROLEWICKZ



Vous trouverez en complément une bibliographie sélective de documents disponibles à la Médiathèque départementale du Nord.


BIBLIOGRAPHIE
:

Documentaires adultes :

Alexandre Jollien, la philosophie de la joie
Alexandre JOLLIEN
Commentaires de Bernard CAMPAN
Textuel, 2008. - (La Voix au chapitre)

Art de jouir Michel OnfrayL'art de jouir : pour un matérialisme hédoniste

Michel ONFRAY
Librairie Générale Française, 1998. - (Le Livre de Poche)

Le bonheur ou l'art d'être heureux par gros temps
Jean SALEM
Bordas, 2006. - (Philosophie Présente)

Le bonheur avec Aristote : Ethique à Nicomaque
ARISTOTE
Ed. des Equateurs, 2011


Le bonheur selon Socrate : Gorgias

PLATON
Arléa, 1999. - (Retour aux grands textes)

CD audio
Contre-histoire de la philosophie : l'archipel pré-chrétien (coffret n°2)
D'Epicure à Diogène d'Oenanda
Michel ONFRAY

L'euphorie perpétuelle : essai sur le devoir de bonheur
Pascal BRUCKNER
Grasset, 2000

Importance de vivreL'importance de vivre
Lin YUTANG
P. Picquier, 2004

Leçons sur le bonheur
Henri Pena-Ruiz
Flammarion, 2004

La nature des choses
LUCRECE
Arléa, 2013

Lettre à Ménécée
EPICURE
Flammarion, 2009

Qu'est-ce qu'une vie réussie ?
Luc FERRY
Grasset, 2002

Retour à l'émerveillement
Bertrand VERGELY
Albin Michel, 2010. - (Essais clés)

La science du bonheur : les raisons et les valeurs de notre vie
Francesco et Luca CAVALLI-SFORZA
Odile Jacob, 1998

Documentaires jeunesse :

Le bonheur et le malheurLe bonheur et le malheur
Brigitte LABBE, Michel PUECH
Milan, 2001. - (Les Goûters Philo)
A partir de 8 ans

C'est quoi le bonheur ?
Heliane BERNARD, Alexandre FAURE
Milan Jeunesse, 2009. - (Phil'Art)
A partir de 9 ans

Diogène : l'homme-chien
Yves MARCHAND, Vincent SOREL
Les Petits Platons, 2011
A partir de 9 ans

À explorer également...

Propos sur le bonheur
ALAIN
Gallimard, 1985

Traité du désespoir et de la béatitude
André COMTE-SPONVILLE
PUF, 2002

Plusieurs entretiens et chroniques
consacrés à cette thématique du bonheur sur France Culture


Musique :


C'est quand le bonheur ? Cali, chanson extrait de l'album L'Amour parfait (2003)

Les cerfs-volants / Benjamin Biolay, chanson extraite de l'album Rose Kennedy (2001)

Ajouter un Commentaire

Médiathèque départementale du Nord - 140 bis rue Ferdinand Mathias 59260 Hellemmes-Lille

logo-vide-107px-42px